Interview accordée par le ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale son excellence Tiebilé Dramé à TV5.MONDE

Mali : « Plusieurs indices laissent croire que Soumaïla Cissé a été enlevé par la katiba du Macina », pour Tiébilé Dramé, ministre malien des Affaires Étrangères

Le chef de file de l’opposition malienne SoumaÏla Cissé, lors de la dernière présidentielle, à Niafunke, dans la région de Tombouctou, où il a été enlevé avec ses compagnons.

À la veille du premier tour des élections législatives au Mali, Tiébilé Dramé, le ministre malien des Affaires Étrangères et de la coopération internationale, réaffirme la détermination du gouvernement à retrouver le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé et ses compagnons, enlevés mercredi 25 mars dans la région de Tombouctou. Entretien avec Tiébilé Dramé.

TV5MONDE: Le président de l’URD (Union pour la république et la démocratie) et chef de l’opposition malienne, Soumaïla Cissé, a été enlevé près de son fief de Niafunké, dans la région de de Tombouctou, ce mercredi 25 mars. Avez-vous des informations sur l’identité de ses ravisseurs ? Est-il toujours en vie ?

Tiébilé Dramé: Je voudrais tout d’abord saluer le courage politique et physique de l’honorable Soumaïla Cissé qui a été enlevé pendant qu’il tenait des réunions dans le cadre des législatives du 29 mars.
Pour revenir à votre question, plusieurs indices laissent croire que Soumaïla Cissé a été enlevé par la katiba du Macina [groupe armé djihadiste lié au Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM) dirigé par le prédicateur Amadou Koufa, ndlr]. Selon ces mêmes indices, ils sont en vie. Le Mali tout entier souhaite qu’ils soient relâchés sans délai.

TV5MONDE: Comment expliquez-vous qu’une personnalité de l’envergure de Soumaïla Cissé ait pu être enlevée ?

Tiébilé Dramé: En dépit des efforts nationaux et internationaux pour restaurer la sécurité au Mali, la situation reste instable dans certaines parties du territoire. C’est le cas de cette zone centre-nord du pays, notamment dans le Gourma, où quelques groupes djihadistes entretiennent l’insécurité.
Soumaïla Cissé est une personnalité nationale, africaine et internationale. Son enlèvement et sa détention sont des actes inqualifiables et inacceptables, qui sont condamnés par le gouvernement et toute l’opinion démocratique malienne.

TV5MONDE: Compte tenu des inquiétudes liées à l’épidémie de coronavirus et dans le contexte actuel d’incertitude sécuritaire, n’était-il pas plus raisonnable de reporter les élections législatives de ce dimanche 25 mars ?

Tiébilé Dramé: Le Mali a déjà reporté par deux fois ces législatives. Le mandat du parlement est expiré depuis 2018. Les forces vives du pays, réunies en dialogue national en décembre dernier, ont souhaité que l’Assemblée Nationale ait une légitimité plus fraîche, le plus tôt, date-butoir à l’appui.
Quand les deux premiers cas de coronavirus ont été connus le 25 mars, le gouvernement a consulté les partis politiques et les mouvements du nord du Mali. À la quasi-unanimité, les acteurs consultés ont recommandé le maintien du scrutin. Pour éviter qu’une incertitude institutionnelle ne s’ajoute aux autres difficultés que le pays traverse.
C’est dans la concertation que la décision de maintenir le scrutin du 29 mars a été prise. L’URD, le parti que dirige Soumaïla … Lire la suite