Discours de Madame l’Ambassadeur Oumou Sall Seck à l’occasion de la célébration du 22 septembre 2018


Discours de madame Oumou Sall SECK, 
Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire 
de la République du Mali auprès de la République Fédérale d’Allemagne
Berlin, le 22 septembre 2018

Monsieur le Représentant du Ministre fédéral des Affaires Etrangères,

 

 

Mesdames et Messieurs les représentants des institutions de la République,

 

 

Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, chers collègues,

 

 

Mesdames et messieurs les consuls du Mali en Allemagne,

 

 

 

 

Chers compatriotes, chers amis,

 

 

C’est avec un grand honneur et un réel plaisir que nous vous accueillons ce jour pour la commémoration du 22 septembre, jour glorieux de notre indépendance. Je voudrais de prime abord remercier toutes celles et tous ceux, amis du Mali et compatriotes qui nous ont fait l’amitié d’être présents à nos côtés.

 

 

Avant de continuer, je voudrais vous demander d’observer une minute de silence pour rendre hommage et honorer la mémoire de tous nos compatriotes, soldats et civils et de 146 soldats de la paix qui ont payé de leur vie, pour la sauvegarde et le maintien de l’intégrité du territoire malien et pour leur contribution au retour de la paix durable au Mali…

 

 

Je vous remercie.

 

En ce jour du 22 septembre, le Mali entier célèbre le 58eme anniversaire et c’est aussi ma première prise de parole comme ambassadeur extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Mali auprès de la République Fédérale d’Allemagne…et qui fut, comme vous le savez, le premier pays au monde à reconnaitre l’indépendance du Mali.  C’est le lieu de le rappeler et de réaffirmer, encore une fois, notre amitié et notre salut amical au peuple frère allemand.

 

Ce 22 septembre coïncide aussi avec le début du second mandat de Son Excellence Monsieur le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta.

 

Un défilé grandiose a eu lieu ce matin à Bamako avec des troupes des pays amis de l’Afrique de l’ouest, en présence de nombreux chefs d’état africains et représentants des pays amis.

Cette présence illustre aussi l’expression de la solidarité des pays amis dans les efforts de reconstruction de la paix et de consolidation de la démocratie symbolisée par la réussite de l’élection présidentielle.

 

Permettez-moi de vous traduire notre reconnaissance, à vous nos frères, du Tchad et sa vaillante armée, du Niger, du Sénégal, du Burkina, de la Mauritanie, de la Côte d’Ivoire et de la Guinée Conakry, de l’Algérie, du Congo.

 

Mesdames, Messieurs,

 

 

Le Président Ibrahim Boubacar Keïta a prêté serment le 4 septembre pour son deuxième mandat, après des élections pacifiques, reconnues par toute la communauté internationale. Les élections législatives prévues pour le 26 novembre pourront parachever le processus de renforcement des institutions de l’Etat.

 

 

Lors de la cérémonie de prestation de serment, le président Keïta a annoncé sept priorités pour son prochain mandat, notamment ; i) renforcer la cohésion nationale ; ii) lutter contre le terrorisme ; iii) rétablir les valeurs maliennes ; iv) la réforme de l’Etat ; v) libérer l’initiative privée ; vi) lutter contre la pauvreté ; et vii) promouvoir la jeunesse et le genre.

 

 

Il a également déclaré que la mise en œuvre de l’accord de paix était une priorité.

 

 

 

En effet, la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, dont nous venons de célébrer le 20 juin dernier, le troisième anniversaire, est une réalité tangible, marquée par la cessation de toute belligérance entre les frères maliens qui parlent désormais d’une seule voix.

 

Tous les responsables et les états-majors des groupes armés, signataires dudit Accord vivent à Bamako en toute sécurité et en totale harmonie avec la population.

 

Toutefois, il est une autre réalité, plus sombre celle-là, c’est l’existence de groupes terroristes qui écument la partie septentrionale et une partie du centre du pays et s’attaquent de façon lâche aux paisibles populations civiles, aux forces internationales basées au Mali et aux Forces Armées Maliennes.

 

La montée en puissance des Forces Armées Maliennes qui sont en première ligne dans la lutte contre ce fléau, l’opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel et le soutien de nos partenaires ont tout de même permis d’engranger des résultats probants.

 

A ce sujet, il importe de rappeler que le Gouvernement, en dépit des difficultés d’ordre sécuritaire dans un contexte particulièrement complexe, a mené des actions appréciables pour assurer le développement socio-économique dans l’unité et la cohésion nationales, sur l’étendue du territoire avec comme objectifs :

 

 

✓ la création d’un climat favorable au retour à une paix durable, en diligentant la signature de l’accord de paix inclusif, global et définitif qui semble maintenant à portée de mains grâce au dialogue instauré,

 

 

✓ la réhabilitation et la modernisation de l’outil de défense et de sécurité

 

✓ le respect de ses engagements vis-à-vis des partenaires techniques et financiers

 

Mesdames et Messieurs,

Il va s’en dire que le Mali n’aurait pu atteindre ces résultats sans l’aide précieuse de ses nombreux partenaires au plan multilatéral et bilatéral.

 

Au plan multilatéral, c’est le lieu de saluer les différentes Missions de paix et de formation qui œuvrent au Mali à savoir l’EUTM (en 2014) et l’EUCAP ( 2015) de l’Union Européenne et la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au MALI, MINUSMA.( 2013).

 

Je voudrais saluer ici le travail énorme effectué par ces femmes et ces hommes venant de tous les continents sur des terrains et en milieu hostile au nom de la solidarité humaine.

 

Au plan bilatéral et dans le même domaine de la sécurité, le Mali n’oubliera jamais la prompte intervention de la France pour stopper l’avancée des djihadistes à travers l’opération SERVAL.

 

L’opération Barkhane qui a remplacé cette dernière continue le travail inlassable de lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et les trafics de tout genre sur toute l’étendue de la bande sahélienne.

 

Le mandat de la Mission des nations unies au mali ( Minusma ) a été prorogé jusqu’au 30 juin 2019 par la résolution 2423 (2018), dans laquelle le Conseil de sécurité exprime ses attentes quant à la poursuite des progrès du processus de paix, entre autres priorités.

 

Je manifeste à cet égard, l’engagement personnel de Son Excellence Monsieur le Président Keïta et son gouvernement qui n’ont cessé de redoubler d’efforts pour rétablir la stabilité et la cohésion sociale, et mettre en œuvre des réformes inclusives prévus par l’accord de paix.

 

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le trafic d’êtres humains, d’armes et de drogue, la force conjointe du G5 Sahel regroupant les bataillons du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad a atteint sa capacité opérationnelle initiale en octobre 2017.

 

Cependant, elle doit encore obtenir une capacité opérationnelle complète, malgré les difficultés à générer les ressources requises. Une partie importante des fonds nécessaires n’est toujours pas obtenue.  Je saisis cette occasion pour remercier les pays donateurs et de les exhorter à diligenter leurs engagements en faveur de cette force conjointe.

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

 

Le Chef de l’Etat a rappelé son attachement à la diplomatie, à travers l’extrait de sa Lettre de mission au Premier ministre dont l’accent a été mis sur la diplomatie, la coopération et le partenariat. Les nouvelles orientations de cette politique portent notamment sur :

 

 

– la défense des intérêts de notre pays et la protection des maliens à l’étranger ;

 

 

– la mobilisation des ressources financières en faveur du développement du pays ;

 

 

– la promotion de l’intégration africaine ;

 

 

– la capitalisation des bonnes pratiques en matière de gestion de la migration.

 

 

Chers partenaires, chers amis, voilà ce à quoi nous devons nous atteler à travailler ensemble pour le bonheur de nous tous, après concertations intelligentes et responsables dans un cadre de respect mutuel.

 

 

 

 

 

Mesdames, Messieurs,

 

 

Le Mali et la République Fédérale d’Allemagne ont une longue et belle histoire dont j’ai la tâche, depuis le 19 juillet 2018, jour de ma présentation des Lettres de créance au Président Fédéral S.E. Frank-Walter STEINMEIER d’entretenir et de faire prospérer.

 

L’Allemagne entretient avec notre pays une coopération discrète, pragmatique, efficace et respectueuse qui a donné naissance à une amitié dépassant les clivages politiques par l’engagement de ce pays aux côtés du nôtre et à surtout s’adapter à nos besoins.

 

Les nombreuses visites au Mali et en Allemagne, ces dernières années, des plus hautes autorités de nos deux pays, témoignent de la solidité de cet engagement.

 

Aujourd’hui, l’Allemagne est solidaire avec le Mali non seulement à travers un renforcement de ses actions par un appui de qualité à la mise en œuvre de nos programmes de développement mais également à travers sa participation efficace aux différentes missions de paix et de formation ci-dessus citées.

 

Plus d’un millier de soldats allemands opèrent au Mali dans différents domaines : surveillance, transport, logistique, formation…

 

 

C’est le lieu de saluer la mémoire de deux soldats du contingent allemand de la MINUSMA, morts dans le crash de leur hélicoptère le 26 juillet 2017. Le peuple malien partage avec le peuple allemand la mémoire de ces soldats tombés pour la paix.

 

 

Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs,

 

 

 

Mesdames et Messieurs,

 

La communauté malienne de ma juridiction est une communauté en majorité intégrée, travailleuse et sans aspérités. Leurs hôtes, particulièrement allemands, nous ont toujours témoignés de leur sérieux et de leur respect des lois et règlements du pays de résidence.

 

Qu’ils reçoivent ici mes sincères salutations et mon engagement à promouvoir leur épanouissement comme l’a instruit son Excellence monsieur le Président de la République Ibrahim Boubacar Keïta.

 

 

Mesdames, Messieurs

 

Tout en vous remerciant une fois de plus de me faire l’honneur de votre présence, je termine mon propos en réitérant la volonté ferme de Son Excellence le Président de la République , Ibrahim Boubacar Keita et son Gouvernement du Mali à honorer ses engagements dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation qui demeure le seul cadre de référence pour la résolution durable de cette crise à laquelle mon pays est confronté.

Vive le Mali !

Vive la République Fédérale d’Allemagne !

Vive la paix et l’amitié entre nos peuples.

Je vous remercie.

 

Célébration de l’indépendance du Mali à Berlin
Le 22 septembre, l’Ambassade du Mali en République fédérale d’Allemagne a célébré le 58ème anniversaire de l’indépendance du Mali à Berlin,  en présence d’officiels allemands (représentants de la Présidence fédérale , du Ministère fédéral des Affaires étrangères, du Parlement fédéral…) des ambassadeurs des pays accrédités en Allemagne , des anciens ambassadeurs allemands au Mali, des consuls honoraires du Mali  ainsi que des fondations politiques allemandes et des acteurs de la société civile ayant des projets au Mali. De nombreux maliens dont certains venus de la Pologne se sont mobilisés pour fêter notre indépendance.
La cérémonie a été agrémentée par la célèbre cantatrice Fati Niamé Kouyaté, fille de Tata Bambo et de Modibo Kouyaté , invitée spécialement pour l’événement. Elle a bénéficié de l’accompagnement musical du joueur de la Kora, Fily Sacko, un autre grand griot malien résident à Berlin.

Comments

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *